Comment apprendre à votre enfant à ramper ?

Le développement psychomoteur que l’enfant subit au cours de sa première année de vie est quelque chose d’exceptionnel et, en tant que tel, devrait être vécu par ceux qui sont témoins des merveilleux progrès que le nouveau-né réalise au cours de ses premiers mois de vie. La conquête de certaines positions, verticales et assises, que l’enfant acquiert progressivement le rend plus fort et plus autonome, dans certains mouvements, mais c’est surtout l’acte de rattrapage qui représente un véritable tournant dans son développement, car il représente la réalisation du premier objectif qui le conduira à un mouvement autonome complet, c’est-à-dire la marche.
Lorsqu’un enfant commence à bouger à quatre pattes, il est fondamental qu’il soit assisté par un adulte, non seulement pour éviter d’éventuels accidents, mais aussi pour le soutenir psychologiquement et physiquement dans les difficultés qu’il va rencontrer progressivement. Tous les enfants ne rampent pas immédiatement, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter : soyez patient, et même s’il continue à ne pas ramper, cela ne posera aucun problème pour sa marche future. Beaucoup d’enfants apprennent à marcher directement en sautant la phase “ramper”. Dans ce guide, vous trouverez des procédures utiles pour apprendre à votre enfant à ramper de la meilleure façon possible et, surtout, en toute sécurité.

Besoin
Tapis ou boîte en caoutchouc
Chaussettes ou chaussures antidérapantes à semelle anatomique pour favoriser le bon développement du pied

Assurer la sécurité des enfants
La tâche fondamentale et préliminaire du parent avant même que l’enfant puisse faire un mouvement de façon autonome est de l’accompagner et d’être toujours avec lui dans ses mouvements pour l’orienter dans la bonne direction sans entraver les mouvements, à moins qu’ils ne deviennent risqués. Les meubles et les objets qui sont à sa portée peuvent être dangereux, il est donc fortement recommandé de couvrir les bords tranchants et d’enlever tout ce que l’enfant peut casser ou mettre dans la bouche. Sur le marché, il existe des cornières de protection spéciales qui peuvent être facilement appliquées sur les coins des meubles, nécessaires parce qu’il est possible que l’enfant, à partir de la position à quatre pattes, puisse se lever, risquant de perdre l’équilibre et de heurter un bord coupant. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles, dans ses premiers mouvements, il ne doit jamais être laissé seul.

Favoriser les sensations tactiles
Lorsque l’enfant a fait ses premiers mouvements, il est conseillé de le garder pieds nus au moins à la maison, afin de lui donner une perception tactile du contact avec le sol et du soutien et de créer des habitudes et des positions ambulatoires correctes, ce qui évitera le développement de problèmes de posture dans l’avenir. Si cela n’est pas possible, vous pouvez utiliser des chaussettes antidérapantes ou des chaussures de qualité spécialement conçues pour ses premiers mouvements.

Choix de l’équipement pour favoriser la sécurité de la marche à quatre pattes
L’idéal serait de mettre à la disposition du bébé un tapis caoutchouté entouré d’une sorte de clôture à l’intérieur de laquelle l’enfant peut se déplacer en toute sécurité et avec une certaine liberté, certainement enrichissante et encourageante pour lui. L’utilisation de ces tapis en caoutchouc, très fréquents dans les jardins d’enfants, atténue les chutes et offre une surface douce et confortable pour reposer les mains et les genoux. Une alternative plus “maison” pourrait être la boîte, dans ce cas l’enfant aura moins d’espace pour bouger, mais il sera plus sûr et pourra aussi apprendre dès le début à se tenir droit, en s’accrochant au filet ou aux poignées latérales habituellement présentes à cet effet. Il est important, dans tous les cas, qu’un adulte soit toujours présent et que l’enfant, même placé dans un état sûr, ne reste jamais complètement seul.